Aux portes de l’Atacama

Voilà un voyage semblable à aucun autre, et dont les images restent gravées au fer rouge dans la mémoire : un voyage aux portes de l’Atacama, le désert le plus aride du monde. Imaginez. De nuit, par un froid glacial, vous pénétrez dans le désert. Vous quittez la route principale et suivez une piste à travers la montagne. Deux heures plus tard, vous voilà parvenu à destination : El Tatio, le troisième plus grand ensemble de geysers du monde. Evidemment, il est impossible de distinguer quoi que ce soit dans l’obscurité. Mais vous savez que se trouve en cet endroit plus de 80 geysers. Vous sentez l’odeur de soufre et entendez le bouillonnement qui précède chaque éruption. Un peu plus tard, à l’aube, la féerie commence : le soleil se lève sur les Andes, au rythme de jaillissements spectaculaires. Une heure plus tard, il est temps de prendre le chemin du retour pour regagner San Pedro de Atacama. En entrant dans le village, cette pensée vous frappe une nouvelle fois : il vous semble impossible que les hommes aient pu s’établir — et prospérer ! — dans cette partie septentrionale du Chili, dans le désert d’Atacama. Mais c’est pourtant ce qu‘ils ont fait voilà mille ans à San Pedro de Atacama, un village indigène précolombien puis établissement missionnaire espagnol. Au cœur d’un paysage absolument désertique, San Pedro attire les passionnés d’archéologie, d’astronomie, d’aventure… ou de solitude et de tranquillité. À 2408 m d’altitude, sur une vaste plaine (Puna de Atacama), le village est enchâssé dans un décor spectaculaire : des volcans couronnés de neige, des lacs salins (qui sont le refuge de milliers de flamants roses), et la Valle de la Luna, une étendue aride aux paysages lunaires, aux dunes de sable et aux lits de rivières asséchés. Ses deux monuments emblématiques sont l’église, l’une des plus anciennes du pays, et le Musée archéologique du père Gustavo Le Paige qui présente des témoignages du passé, parmi lesquels une momie atacama surnommée Miss Chile. À la sortie du village, l’on trouve aussi Pukara de Quitor, un site archéologique dont les ruines témoignent d’une forteresse du XIIe siècle érigée bien avant l’arrivée des colons espagnols. Au programme de votre séjour : pratiquer la randonnée, le VTT, l’observation de la faune et bien sûr surfer sur les dunes de sable géantes. Si le luxe va de pair avec calme et volupté, l’on trouve véritablement les trois à San Pedro de Atacama !

tatio 2 tatio

Partagez
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google
  • TwitThis

You may also like...