Great Blue Hole, Bélize

Un voyage à l’oeil, dans l’un des plus beaux spots de plongée du monde, ça vous dit ? Alors c’est parti pour une destination qui va évidemment vous en mettre plein la vue. Car, comme chacun le sait: oeil pour oeil… oeil pour oeil. Vu d’avion, il forme un cercle parfait: c’est pourquoi on l’appelle l’« œil des Antilles », avec sa pupille couleur bleu nuit qui fixe le ciel, bordée d’une superbe lagune turquoise. Le premier à en explorer les profondeurs, en 1971, a été le légendaire Jacques-Yves Cousteau, qui l’a considéré comme l’un des dix sites de plongée les plus spectaculaires de la planète. Ce n’est donc pas un hasard si le Great Blue Hole – près du centre du Lighthouse Reef, à quelque 70 km de la côte du Belize – est un monument national, joyau incontesté du récif corallien le plus étendu de l’hémisphère Quest. Profond de 125 m sur 330 de large, le « Grand Trou bleu » est un réseau de grottes calcaires dont le toit s’est effondré à la fin de la dernière ère glaciaire et qui, à 30 m de profondeur, révèle un complexe labyrinthe géologique, entre stalactites (de 6 m parfois), imposantes colonnes et parois lisses colonisées par des éponges et des gorgones.

gbh2

Bien que l’on puisse y rencontrer quelques requins curieux qui, de temps en temps, s’aventurent dans cette cathédrale immergée, le Great Blue Hole est caractérisé par une absence de vie marine. Au point que plonger ici revient à faire un voyage mystique au temps des origines de la Terre… L’endroit n’est cependant pas totalement dépourvu de vie. La faune marine est visible à faible profondeur sur le bord extérieur du cratère: le reef accueille de nombreux poissons tropicaux colorés et même les plus grands spécimens de poissons perroquets de la planète. Un peu plus au large aussi nagent les raies, mérous, tortues, barracudas et requins de l’espèce Carcharhinus Longimanus, toujours accompagnés de leurs poissons-pilotes. Un spectacle fascinant vous attend. S’il suffit d’une journée pour plonger au Great Blue Hole, nous vous conseillons cependant de rester une semaine sur place pour découvrir la barrière de corail du Belize. Celle-ci compte en effet d’autres spots spectactulaires, un peu au large d’Ambergris Caye, avec grottes et canyons sous-marins. La meilleure période correspond à la saison sèche, entre mars et mai. On peut cependant y aller toute l’année, à condition d’éviter les mois d’août à octobre (en raison des ouragans). Il est à noter également que le Great Blue Hole est un spot réservé aux plongeurs confirmés. Si ce n’est pas le cas, n’envisagez pas de descendre seul…

gbh3

Partagez
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google
  • TwitThis

You may also like...