Les chutes Victoria

Les chutes Victoria font partie de ces merveilles qu’il faut avoir vues au moins une fois dans sa vie : elles sont tout simplement sublimes, et très spectaculaires. Elles ont été baptisées par les populations locales mosi-Boa-tunya, ce qui signifie « la fumée qui gronde ». Il faut dire qu’elles peuvent être vues et entendues de très loin. Imaginez le spectacle : des jets de brume jaillissent à 500 mètres dans l’air, le bruit des 550 millions de litres d’eau qui dévalent 108 mètres chaque minute est assourdissant. Ces chutes-là sont deux fois plus élevées que celles du Niagara !

Le cours supérieur du fleuve Zambèze est relativement paisible, mais au moment où il s’engouffre dans les chutes, il se mue en un fleuve impressionnant d’une largeur de 1,6 kilomètre parsemé de petites îles. Ensuite, cet immense rideau d’eau plonge dans un gouffre profond de 60 mètres de large. Cette chute d’eau ininterrompue est la plus large du monde. Les roches qui s’y trouvent proviennent d’une grosse coulée de lave basaltique survenue il y a plus de 200 millions d’années. La lave s’est refroidie et fissurée, et les failles ont été comblées par des sédiments plus tendres. Il y a environ un demi-million d’années, le Zambèze commença à couler et à éroder l’une de ces fissures, formant ainsi la première gorge dans laquelle la rivière plongeait. Aujourd‘hui, les chutes Victoria correspondent à la huitième gorge résultant des crevasses situées dans la roche volcanique. Ce qui reste des gorges précédentes se trouve sous les chutes actuelles et l’érosion continue son oeuvre. Comme le fleuve creuse environ 1,6 kilomètre tous les 10 000 ans, on peut penser que la neuvième série de chutes commencera à se développer au niveau de la Devil’s Cataract (cataracte du Diable), située à l’extrémité ouest des chutes actuelles. Les lagunes tranquilles en amont abritent des hippopotames et des crocodiles. En se promenant à travers les forêts équatoriales on peut même observer des éléphants, des buffles et des lions.

Pour la petite histoire, le Dr David Livingstone fut le premier à découvrir les chutes Victoria en 1855 alors qu’il explorait le Zambèze. Suivant le cours du fleuve sur un canoë, son équipage et lui-même aperçurent de loin les nuages des embruns et s’arrêtèrent prudemment sur une île (appelée Kazeruka ou île de Livingstone), au bord des chutes. Ils rampèrent jusqu’au bord de l’abîme et furent stupéfaits de voir cette énorme rivière disparaître purement et simplement dans une fissure de la terre. Livingstone donna à ces chutes le nom de la reine Victoria.

victoriafalls

Partagez
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google
  • TwitThis

You may also like...