Loin des foules en Provence

Ah, la Côte-d’Azur. Ses plages, son soleil et ses eaux chaudes. Ses touristes, ses embouteillages, son côté clinquant. Alors qu’à quelques kilomètres à peine, un monde plus authentique reste à découvrir. Loin des plages fréquentées du littoral, l’arrière-pays provençal est une merveille pour les héliophiles en quête de quiétude, un immense champ de lavande dont le violet caractéristique s’étend à perte de vue. Un lieu à l’atmosphère unique, où la lavande est partout, et à peine moins présente que le soleil. Difficile d’imaginer la Provence sans son emblématique plante violette. Et pourtant il a existé un temps que les moins de 2000 ans ne peuvent pas connaître, un temps où la Provence en était dénuée. Ce sont les Romains qui ont introduit la lavande dans cette région aride et ensoleillée, entre Provence et Alpes, où la plante aromatique croît depuis en abondance. Autour de Manosque et du plateau de Valensole, ce sont des rangées sans fin de lavandin que l’on cultive, un hybride naturel plus résistant et plus odorant. La vue depuis le lieu-dit du Poteau de Telle sur les champs de lavande est magique. Une troisième variété, plus rare, appelée aspic, se rencontre plutôt dans les environs de Grasse, sur le plateau de Caussols. Ses tiges sont plus longues et ses fleurs ont une odeur camphrée. Pour découvrir ce monde bleu odorant, le mieux est de commencer son périple dans le Lubéron, à Apt, pour se diriger ensuite vers Sault, à l’est du mont Ventoux. Cette petite ville perchée sur un plateau calcaire s’anime le mercredi, jour de marché. Il est dit que les maraîchers viennent y vendre leurs productions depuis 1515. Un peu plus au nord, Autel, petit village provençal typique accroché à sa colline, où l’on produit un très bon miel de lavande, mérite un détour avant de rallier Buis-les-Baronnies dans la Drôme. Vers la mi-août, l’air de la région s’emplit d’une odeur caractéristique un peu entêtante. Des alambics s’écoule bientôt cette précieuse essence aux vertus lénifiantes et antiseptiques utilisée depuis l‘Antiquité. Et c’est exactement ce que fait la Provence sur ses visiteurs : elle apaise et soigne le citadin, jusqu’à lui faire oublier qu’il existe des villes où l’on s’entasse et ou l’on court sans cesse.

12104995_834732409985532_385663804_n 12749919_179025205808831_15174285_n

Partagez
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google
  • TwitThis

You may also like...