Pèlerinage au mont Koya

Si un voyage au Japon passe invariablement par une visite de Tokyo, il est cependant des sites bien plus reposants à découvrir lors d’un périple au pays du Soleil Levant. Des lieux tels que le mont Koya, qui permet de découvrir les traditions religieuses ancestrales en suivant les chemins de pèlerinage traditionnels. Une expérience inoubliable ! Situé dans une verte vallée, à 900 m d’altitude, habitée en permanence par 4000 moines, le complexe de Koya a été fondé en 804 par le moine calligraphe Kobo Daishi (un des pères spirituels du Japon, qui institua le Shingon, le courant ésotérique du bouddhisme japonais). Et, bien qu’il soit juste situé à deux heures de train d’Osaka, c’est un lieu hors du monde, comportant 117 temples splendides, dont 53 proposent un shukubo (une hôtellerie monastique destinée aux visiteurs). Le fait de se trouver là est déjà une expérience extraordinaire en soi, mais on peut la compléter en effectuant un pèlerinage sur le Choishi Michi, un sentier qui traverse un paysage magnifique en toute saison (en mai quand les cerisiers fleurissent, en juillet quand c’est le tour des rhododendrons, en automne quand les feuilles se parent de rouge, et à partir de mi-novembre, avec la neige). Long de 24 km, ponctué de temples, d’autels votifs et de portails ouvrant sur la nature, il mène au centre monastique encore plus isolé et inspiré du complexe monastique de Danjo Garan, sur le mont Koya. Ce dernier est également relié par un sentier difficile (que l’on peut parcourir en quatre jours) aux autres communautés monastiques bouddhistes, shintoïstes et zen de la région sauvage au sud-ouest de la péninsule de Kii. C’est une partie du Kumano Kodo, le réseau des chemins de pèlerinage cher au cœur de tous les Japonais et inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco. A savoir, tout de même, pour ceux qui aiment leur petit confort : se loger dans un shukubo (au prix de 9000 yens, soit 90 euros environ, repas compris) implique de dormir sur un futon, d’utiliser des bains en commun à la japonaise, et de respecter un horaire très strict : il faut arriver au temple avant 17 heures ; le dîner est servi à 18 heures et le petit déjeuner à 7 heures ; et on apprécie que les hôtes assistent aux prières du matin, à 6 heures !

Partagez
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google
  • TwitThis

You may also like...