Tourisme au Kibboutz en Israël

Le tourisme « libertaire » refait surface en Israël, avec un agent de voyage qui vous propose le temps de vos vacances, d’expérimenter la vie dans un Kibboutz. Né en Europe centrale et occidentale à la fin du 19ème siècle, le sionisme a donné le jour au mouvement kibboutzique. Ses leaders voyaient dans le travail de l’antique terre d’Israël un moyen de rédemption mais aussi une arme pour se libérer des contraintes sociales dont la diaspora juive souffrait à cette époque. Un des grands résultats de ce mouvement fut, en 1909, la fondation du premier kibboutz à la pointe sud du lac de Tibériade. Les kibboutzim se comptaient par dizaines lors de la naissance de l’État d’Israël, en 1949. Aujourd’hui, la culture des terres n’est plus la raison d’être principale des kibboutzim. À 50 km au nord d’Eilat, le kibboutz Ketura est l’un des rares villages collectifs israéliens à résister à la propriété privée. Fondé en 1973, Ketura se distingue par l’éducation supérieure de ses habitants et, partant, par la prééminence de ses réalisations artistiques et technologiques. Les possibilités de travail vont de la comptabilité à la culture des algues en passant par la photographie et la peinture. À l’inverse des autres lieux de vacances, un séjour à Ketura vous rapportera de l’argent au lieu de vous en coûter. Les volontaires se partagent des appartements de deux pièces. Le loyer est gratuit et, en plus de trois repas par jour, ils reçoivent chaque mois l’équivalent de 50 euros. Le séjour dure de deux à six mois et les volontaires travaillent principalement dans le secteur tertiaire même si certains se consacrent à l’agriculture ou s’occupent des enfants du kibboutz. Quelle que soit l’activité exercée, l’expérience de la vie au kibboutz ne ressemble en rien à tout ce que vous aurez pu connaître jusque-là. Pour en savoir plus : http://www.kibbutz.org.il

guideluxe

Partagez
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google
  • TwitThis

You may also like...