Une cérémonie du thé au Japon

De toutes les expériences étranges que l’on peut faire lors d’un voyage au Japon, la cérémonie du thé en est sans conteste l’une des plus fascinantes et inoubliables qui soit. Assister, ou mieux encore participer, à une cérémonie du thé au Japon laisse en effet un grand souvenir. Ce rituel très sérieux revêt un caractère mystique qui demande une concentration et une adhésion de tout son être. Tout est soigneusement codifié: le déroulement du cérémonial, la place et le comportement de chacun, la tenue, les paroles et les gestes, l’emploi et le rangement des ustensiles… Autour du maître du thé, la cérémonie appelée Chanoyu réunit quatre ou cinq convives dans un petit pavillon, sis dans un jardin (près d’un temple à l’origine) où, d’abord, l’on attend. Une fois purifié, chacun entre et s’assied sur ses talons. Le thé, agité avec un fouet de bambou, est présenté à chaque invité. Avant de déguster à petites gorgées, on admire le bol, tenu dans la paume gauche, en le tournant. Une confiserie est offerte, parfois une collation légère. Peu de paroles sont échangées : l’assemblée savoure la simplicité du décor, la beauté et la sérénité du lieu, de même que la délicatesse des ustensiles. Venu de Chine au VIe siècle, le thé fut d’abord adopté par les moines qui le consomment, vert et en poudre, pour résister aux longues méditations. C’est au XVIe siècle que la préparation devient un rituel complexe que l’on enseigne toujours dans des écoles, à l’égal des autres arts comme la calligraphie ou l’ikebana (arrangement des fleurs). Des arts qui exaltent sobriété et raffinement, humilité et sérénité. La cérémonie du thé est aussi une école de patience : les invités sont retenus pendant 1 heure… ou 5.

Partagez
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google
  • TwitThis

You may also like...