Voyager sur le lac Baïkal

Voyager sur le lac Baïkal, en pleine Sibérie, est une aventure fascinante à vivre. En quoi ce lac est-il extraordinaire, me direz-vous ? Et pourquoi s’imposer un périple si lointain, dans un environnement en dessous de 0°C ? Parce que le luxe, c’est aussi de pouvoir voir des choses rares et belles. Et de ce côté-là, le lac Baïkal est une merveille à découvrir et à vivre. Avec 336 tributaires et un seul émissaire, le Baikal est le plus ancien lac (25 millions d’années !) et la plus grande réserve d’eau douce de la planète (23000 km3 d’eau). N’étant que le sixième lac par sa superficie, il doit ce record à sa profondeur : 1741 m d’après les relevés les plus récents. Situé à 5500 km à l’est de Moscou, à 3700 km à l’ouest du Pacifique, à 250 km au nord des steppes de la Mongolie et au sud de nulle part, il pourrait aussi bien se trouver sur la Lune, bien que 80000 personnes environ vivent dans les parages. Si l’on ajoute qu’une bonne partie de ses 2000 km de rives, abruptes et couvertes de très denses forêts de conifères et de bouleaux, sont inaccessibles par voie de terre, que son eau est si pure qu’elle s’apparente à une catégorie kantienne et que sa surface gèle, souvent en l’espace d’une seule nuit, figeant les vagues telles des sculptures persistant pendant cinq mois, jusqu’au lent dégel, on comprend mieux pourquoi il est paré d’une telle aura sacrée. Certains lieux du Baïkal, comme l’île d’Olkhon et la péninsule de Sviatoï Nos servent d’ailleurs de cadre majestueux aux cérémonies chamaniques des populations nomades de la taïga. Et pour les Russes (qui ne l’ont découvert qu’en 1662), il revêt une profonde signification symbolique: il reflète dans ses eaux la Mère Russie elle-même – immense, puissante, capable de surmonter n’importe quelle adversité. Le lac est une aventure épique à vivre durant les mois d’hiver. La température, qui descend largement en dessous de 0°C, est le prix à payer pour admirer ses fascinants paysages glacés, qu’on dirait parfois sortis d’un film de science-fiction. Car c’est décidément durant la période la plus rigoureuse de l’année que le Baïkal se révèle vraiment : sa surface gelée se transforme alors en une sorte d’autoroute qui permet de rejoindre, en scooter des neiges ou avec une jeep aux pneus cloutés, les zones les plus écartées de ses rives et d’explorer les grottes gelées, les forêts et les villages environnants, en chaussant des skis de fond. Ce lac-là ne ressemble décidément à aucun autre et offre une incroyable aventure à celui qui ose braver le froid.

Baïkal

Partagez
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google
  • TwitThis

You may also like...